L’enfant fait-il le parent (ou l’inverse) ?

Je me demande souvent si nous faisons nos enfants ou si ce sont eux qui font les parents que nous sommes … C’est un peu l’histoire de l’oeuf et de la poule. Je vous l’accorde. Et j’avoue ne pas avoir de réponse ferme.

  • Notre aîné est un petit garçon perfectionniste, sensible, anxieux … certains disent que c’est -justement- parce que c’est notre aîné. Que nous étions nous même plus stressés, qu’il essuie les plâtres de notre apprentissage du rôle de parent.
  • Effectivement, Valentin -le cadet- était et est toujours un petit garçon plus téméraire, plus loufoque et moins cartésien. Alors oui, c’est un deuxième. Il n’a jamais été enfant unique. Il a son frère pour modèle et moteur (en plus de nous).
  • Et puis il y a Anna, du haut de ses seulement 6 mois. Un bébé calme, tranquille, qui sourit tout le temps et s’adapte à toutes les situations. Une troisième dirons encore certains. Celle qu’on élève comme des pros, sans stress et sans doute (mouai …).

Alors, oui, sans doute, nous leur transmettons et nous modelons leurs personnalités de nos doutes, nos espoirs et nos représentations.

Mais à l’inverse, je ne crois pas que les enfants soient de simples pâtes à modeler. Ils naissent avec leurs personnalités et c’est aussi à nous de nous y adapter sans cesse.

Mes 3 enfants sont différents.
Physiquement d’abord. Mais aussi dans leur manière d’être, de grandir, d’apprendre.
Nous sommes donc aussi différents avec chacun d’entre eux …

  • Le perfectionnisme, la précocité et l’extrême sensibilité de Louis nous ont obligé à la remise en question permanente dans la manière de l’accompagner.
  • Le côté frondeur et teste tout de Valentin nous oblige à trouver d’autres manières d’expliquer, à anticiper.
  • Et puis Anna, ce bébé si simple fait de nous des parents plus cool et donc moins organisés et prévoyants aussi …

Finalement c’est cela toute la richesse de la parentalité. Ces enrichissements mutuels.
Et c’est ce qui me plaît dans le fait d’être Maman.

L’actualité a vu fleurir quelques citations de Jacques Higelin et celle-ci résume mon propos et conclura donc ce petit billet :

« On n’élève pas les enfants. On s’élève avec eux. On avance, on apprend« .

Publicités

2 réflexions sur “L’enfant fait-il le parent (ou l’inverse) ?

  1. Chauba dit :

    Tellement d’accord avec ce que tu dis. On apprend tous des uns et des autres. Et si on est suffisamment a l’écoute, on peut même s’étonner de laisser tomber certaines barrières et voir qu’on peut accomplir tant de choses dont on se serait jamais senti capable. C’est dur d’être parent mais qu’est ce que c’est bon 😚😚😚

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s