Zéro déchet et minimalisme : même combat ?

J’ai toujours été un peu écolo, sensible au respect de la planète. 

Au lycee déjà, j’aimais me faire des soins avec des produits naturels comme des gommages au sucre ou des masque à l’argile. Ma motivation était sans doute pécuniaire mais j’étais déjà convaincue que les produits naturels valaient largement les compositions industrielles.

Dès que nous avons eu notre premier appartement, lorsque nous étions étudiants, nous avons naturellement trié mes déchets. 

Depuis, nous faisons attention à la réduction de nos déchets. Je suis parfois même beatnik comme aime se moquer gentiement mon mari (et mes enfants). 

Mais comme je le rappelle parfois, le zéro déchet ne se limite pas –pour nous– au poids des sacs poubelle que nous jetons. 

Même si voir le volume hebdomadaire ou mensuel diminuer est une vraie source de motivation et de satisfaction, ce n’est pas le fond de la démarche.

Nous nous demandons maintenant régulièrement : « De quoi avons nous besoin » ? Pas ENVIE mais BESOIN.

Alors finalement, on est zéro déchet ou minimalistes ?

Je me suis posée cette question après avoir lu un article sur un blog « Un bébé minimaliste« . Cet article avait en fait beaucoup de points communs avec celui-ci « Un bébé zéro déchet » que j’ai rédigé il y a quelques mois …

Et pour cause, réfléchir à ce qu’on jette, c’est réfléchir à ce que l’on achète, à ce que l’on consomme. C’est prendre conscience que chaque acte d’achat, chaque euro dépensé est un choix que l’on fait. Un choix qu’on doit être en mesure d’assumer.

De fil en aiguille, notre démarche se rapproche donc d’un mode de vie minimaliste, centré sur l’essentiel, sur l’être plus que sur l’avoir

Ou la la, je savais en commençant cet article que je risquais de tomber dans la dissertation de philo …

Si on revient aux fondamentaux de la démarche zéro déchet, il s’agit bien de Refuser, Réduire, Réutiliser … 

Si c’est pas du minimalisme ça …

D’ailleurs il est nécessaire et presque incontournable lorsqu’on entame une démarche de diminution de ses déchets de désencombrer sa maison (voir ici) …

De la même manière, que l’objectif soit la réduction des déchets ou le minimalisme, on privilégie des achats de qualité, dans des matières durables.

Quand on voit l’intérieur de « madame zéro déchet » (Béa Johnson), c’est bel et bien une villa ultra minimaliste.

Le zéro déchet serait-il alors simplement la version comptable et moins philosophique du minimalisme ?
Il me semble en réalité qu’on ne peut tendre vers le zéro déchet sans être minimaliste et vice versa.

C’est ma vision des choses car on peut aussi produire peu de déchet et stocker chez soi des montagnes de bocaux en verre …

Et donc les minimalistes sont eux necessairement zéro déchet ? 

De fait, en consommant moins, on produit moins de déchet, c’est logique.  Pour autant, on peut être minimaliste et continuer d’acheter des aliments suremballés ...

Alors finalement, et ce n’est pas plus mal, on ne rentre pas dans une case. 

Nous sommes écologico-minimalisto-zérodechetistes (et pas parfaits en plus).

Et vous ? Vous entrez dans une case ou vous êtes un peu tout ça ?

Publicités

12 réflexions sur “Zéro déchet et minimalisme : même combat ?

  1. paillettescoquillettes dit :

    Nous ne sommes absolument pas minimalistes, pas entièrement ZD mais de plu en plus sensibles à l’environnement.
    Petit à petit nous nous améliorons mais je sais pertinemment que le total mode ZD n’est pas pour nous. Il y a des étapes comme celle du papier toilette par exemple que nous ne franchirons jamais…
    Par contre ici, nous faisons tout pour consommer plus sainement

    • mimi mistigri dit :

      Ici nous sommes de plus en plus minimaliste. Ça fait du bien et on gagne du temps (moins de chose =moins de chose à ranger ou nettoyer).
      Pour le ZD, comme je le dis dans l’article, ce n’est pas une fin en soi pour nous (j’utilise du papier toilette) … C’est plus un état d’esprit, une prise de conscience qu’on peut (qu’on doit) consommer en étant conscient de ce qu’on fait et donc souvent consommer autrement.

  2. Laurent dit :

    Chez nous, c’est un combat de tous les jours le minimalisme. J’aspire à des espaces ouverts, agréables à l’oeil, à un environnement que l’on pourrait définir d’aérien. Car je suis convaincu que cela apaise les esprits, permet de mettre au clair nos pensées et se sentir mieux tout simplement. Mais garder un intérieur clean quand on a des enfants, ça relève du sport extrême. Pourtant à force, on commence à trouver nos petites astuces pour avancer dans la bonne direction.

    Pour le zero déchet, on avance également mais plus doucement. Achetant de plus en plus en vrac, essayant d’acheter moins mais plus durable mais on est encore trèèèèès loin du zero ;o)

    • mimi mistigri dit :

      Je trouve aussi qu’un espace plus vide est plus agréable visuellement.
      Alors j’avoue que mes enfants sont à l’opposé du minimalisme!! Ce sont de véritables collectionneurs-accumulateurs !! Je dirais que notre maison est plutôt minimaliste ou tout du moins avec nos essentiels exception faite de la salle de jeux et des chambres des garçons. Mais je pense que c’est une question d’âge et que ça leur passera …
      Pour le zéro déchet, nous sommes loin d’être parfait mais on essaie … Et là, les enfants nous suivent et sont très sensibilisés. Merci Pour ton commentaire.

    • mimi mistigri dit :

      Nous non plus. On fait un peu tout ça mais de manière imparfaite …
      C’est ce qui fait le charme de l’être humain, sa complexité et ses incohérences et ses contradictions… tout en faisant de son mieux …

  3. oceanerouviere dit :

    C’est marrant, j’ai eu cette même réflexion il n’y a pas si longtemps. Je crois que nous aussi on tend à être un peu tout en même temps…finalement je ne crois pas, comme toi, que l’on puisse séparer les idées =) Merci pour ton article !

  4. tiphaine L dit :

    Oui je pense aussi que le ZD ammène forcément à se poser des questions sur notre consomation, nos besoins, et à désemcombrer! C’est vrai que c’est plus difficile avec les enfants qui sont quand même bien ciblés pour recevoir toutes sortes de « cadeaux » … mais je ne suis pas sure que ce soit vrai dans l’autre sens. Il y a des minimalistes qui ne se préoccupent pas spécialement de leurs déchets. Je pense à certaines connaissances qui prennent tous leurs repas ou presque en vente à emporter, alors que leur appart est plutot dépouillé.
    Mais oui globalement ça va de pair 🙂 Je suis fan de cette mode de remettre en question la surconsomation à outrance !

    • mimi mistigri dit :

      Ici on a évolué vers les deux en parallèle. Nous ne sommes pas du tout matérialistes, il nous est donc facile de ne pas consommer de manière irraisonnée. Et la maîtrise de nos déchets est une évidence écologique. Les deux vont donc de pair pour nous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s