Zéro déchet : on y travaille …

En fin d’année dernière, j’avais fait un petit bilan « écolo ». Bien que contente de ma liste de « 30 petits gestes » (ici), nous jetions toujours environ 3 sacs de 30 litres par mois dans notre grande poubelle verte sans compter les « recyclables » dont la poubelle jaune était pleines tous les 15 jours … En bref, un bilan moyen malgré notre sentiment de « bien faire ».

En début d’année, j’ai commencé par dévorer le livre référence en matière de réduction des déchets : « Zéro Déchet » de Béa Johnson.

ZeroDechet

Véritable mine d’informations, bonnes idées et astuces, cet ouvrage permet de se lancer dans ce défi.

Quelques jours après, j’ai eu la chance d’aller voir le film « Demain » de Cyril Dion et Mélanie Laurent qui est une formidable bouffée d’optimisme et qui donne envie d’agir : consommer local, changer de fournisseur d’énergie (en cours ici) ou encore de banque sont autant de solutions individuelles pour agir.

demain_0

Reboostée et motivée, j’ai donc embarqué toute ma petite famille dans un virage encore plus prononcé vers le « 0 déchet ».

J’ai repris la liste des gestes essayés mais pas adoptés et celle de nos idées pour 2016 afin de redéfinir nos pistes d’amélioration et j’ai mis en application (le plus possible) les 5 piliers de la démarche : REFUSER – REDUIRE – REUTILISER – RECYCLER – COMPOSTER

Depuis le 1er janvier – en plus de ce que nous faisions déjà – voici nos progrès et aussi nos astuces pour que ça fonctionne dans notre organisation quotidienne :

  1. Nous n’achetons plus de gouters industriels (notamment ceux avec leurs petits plastiques individuels). Environ 2 fois par semaine, je cuisine une fournée de cookies, de madeleines, un gâteau au yaourt ou encore des sablés.

Gouter

  • En terme de timing/organisation, je ne vois pas vraiment de différence : je cuisine des goûters rapides, en général, en préparant les repas du dimanche et du mercredi midi.
  • En terme de goût, quand c’est réussi (je ne suis pas la meilleure pâtissière du monde), c’est génial et puis quand c’est un peu loupé, ça permet de réinventer certaines recettes. J’ai par exemple créé la « madeleine-macaron » : une madeleine trop, pas assez, mal cuite qui avait le côté fondant/croquant du macaron …
  • Ce qui change c’est notre consommation de beurre et de sucre : clairement en augmentation ! Et donc à surveiller sur le long terme : notre poids ! Et oui, avant nous ne faisions jamais 4 heures avec les enfants, là on se laisse volontiers tenter par un bon petit cookies au pépites de chocolat ou une madeleine au citron …

2. Nous n’achetons -presque- plus de laitage. J’ai une yaourtière, je fais des petites mousses au chocolat ou une tournée de petites crèmes express (recette ici).

20160201_191807.jpg

  • En terme de timing/organisation, là encore, en préparant le repas du soir, je lance ma yaourtière ou je fais une crème, ça ne me prend pas vraiment plus de temps.
  • En terme de goût, nous sommes ravis : on sait ce qu’on mange et on ne jette plus de pot en plastique dans la poubelle. Les enfants ont un peu plus de mal à abandonner les flamby et les petits suisses donc il m’arrive encore d’en acheter de temps en temps … Du coup ils ont aussi tendance à manger beaucoup plus de fruits en dessert, plutôt pas mal comme substitut …
  • Ce qui change, c’est notre consommation de lait. J’envisage d’ailleurs de réduire le lait de vache et de tenter des laits végétaux … à suivre …

3. Nous n’achetons plus de compote individuelle. Je la fait moi même.

  • Pour l’organisation, j’utilise le babycook des enfants de quand ils étaient bébés. C’est rapide et pratique.
  • En terme de goût c’est top mais je suis confrontée à un souci de conservation et d’oxydation et les enfants font la moue face à une compote trop brune donc j’achète encore de temps en temps des grands pots (en verre).

4. J’ai ressorti les mouchoirs en tissu de mon enfance. J’étais sure qu’ils étaient quelques part chez mes parents … J’ai reconnu certains comme de véritables souvenirs d’enfance : un petit bonheur.

Mouchoirs

  • Pour le côté pratique, j’en ai dispatché un peu partout dans la maison : dans le tiroir à chaussettes des enfants, dans ma chambre, quelques uns dans la salle de bain et un petit paquet dans le salon pour en avoir toujours sous la main en cas de petit nez qui coule … Comme pour les lingettes/cotons lavables, je les mets au fur et à mesure dans la machine à laver, ça ne nous demande donc aucun boulot supplémentaire.

5. Nous sommes passés aux achats en vrac pour toute la partie « épicerie » et nous tentons de placer ça et là nos propres contenants (chez le boucher, chez le fromager …). Tous ne sont pas « prêts » mais on essaye et on est très fiers de chaque sachet plastique ou papier évité …

  • J’ai mis en place un « kit à courses » dans le placard de l’entrée : des grands cabas réutilisables pour le marché, des sacs à vrac pour le biocoop, les boites à œufs à faire re-remplir …

Du coup, pour faire un petit bilan après 2 mois, notre poubelle « verte » s’est allégée : nous avons globalement un sac de moins par mois. Dans le même temps, la poubelle jaune se remplit elle aussi moins vite. Nous sommes presque en mesure de ne la sortir « que » une seule fois par mois.

Côté chiffres, pour se situer, en France, en moyenne, chaque personne produit 360 kilos de déchets par an (voir article complet ici) dont :

104 kilos de déchets organiques (29%)
(ici ils vont au compost)

90 kilos de papier magazines, journaux et cartons (25%)
(ils vont dans la poubelle jaune et sont globalement en diminution)

47 kilos de verre (13%)
(Bac de recyclage)

40 kilos de plastique (11%)
(Poubelle jaune pour certains /ordures ménagères pour d’autres …)

14 kilos de métaux (4%)
(Recyclage ou déchetterie)

65 kilos autre …

Comme une vraie « pro du zéro déchet », j’ai pesé notre dernière poubelle (en cachette car j’ai peur de passer pour une folle) : entre le 1er et le 16 février, nous avons produit à peine un sac de 30 litres pour un poids de 2.700kg soit 48gr/jour et par personne.

En poursuivant cette démarche, et en faisant une multiplication simple (simpliste), nous serions donc à (0.048*365) 17.52 kg de déchet non recyclable par an et par personne. Bien sur, la marge de progression est encore énorme mais c’est très motivant pour la suite … Pour être au top de la démarche et parfaitement honnête, il faudrait que je pèse aussi notre poubelle jaune et notre bac à  verre mais je n’ai pas de balance assez grande pour les poser dessus …

J’ajouterais aussi à cette liste, que je ramasse aussi plus régulièrement les déchets « des autres » : les canette abandonnées sur le trottoir, les prospectus qui trainent par terre … Les enfants nous accompagnent volontiers dans cette démarche, il n’est donc pas rare de me voir me balader avec mon petit Loup une canette de bière de à la main (inutile d’avertir les services sociaux, nous cherchons juste la poubelle la plus proche). Nous avons d’ailleurs expliqué cet enjeu aux enfants qui le comprennent parfaitement et sont les meilleurs ambassadeurs d’un meilleur « demain » …

Image1

Et chez vous, ça se passe comment ?
Qu’est ce qui fonctionne ? qu’est ce qui est plus difficile à mettre en place ?

Pour aller + loin :

  • Le site de Béa Johnson, ici
  • Le site de la « zero dechet family », ici (et je vous recommande également le groupe Facebook qui permet d’échanger et de se motiver)
  • Le site du film « Demain » où on retrouve plein de solutions concrètes pour agir, ici.
Publicités

12 réflexions sur “Zéro déchet : on y travaille …

  1. reb1107 dit :

    j’y pense de plus en plus mais je n’ai pas franchi le pas .
    Depuis quelques mois j’ai vraiment pris conscience de l’importance de consommer mieux , de moins gaspiller etc. …
    Merci pour ton article . Il est complet !
    Bisous

  2. prettyarty dit :

    je suis exactement dans la meme démarche que toi, et d’ailleurs après avoir lu le livre de béa jonhson, je n’ai pas réussi à dormir tellement j’avais envie de désencombrer trier, donner, .. (enfin continuer car c’est deja bien amorcé depuis qq mois). Nous on ne consomme que du fromage, plus de lait, perso je suis végétarienne, les enfants et l’homme pas encore à 100%, je fais aussi 2 tournées de compotes par semaine, des gateaux maison. je fais aussi tous mes produits ménagers c’est très facile. En ce qui concerne les courses, je m’y mets aussi mais difficile de trouver différents endroits quand on a pas de magasin de vrac ou de biocoop à 50kms a la ronde… mais j’ai déniché qq producteurs ou je vais aller faire un tour! on a encore un petit porteur de couches a la maison, donc ca charge aussi la poubelle. mais d’ici qq mois j’espère que ca va etre fini! j’avais tenté les couches lavables, mais quand j’ai retravaillé, les mamies qui le gardaient ne lui mettaient pas et achetaient des couches… donc si c’était pour lui mettre 1 jour par semaine j’ai laissé tomber…
    je vais continuer a suivre tes aventures vers le zéro déchet !

  3. Bertille dit :

    Super !

    On est dans la même démarche ici et je crois que l’objectif zéro déchet sera une priorité chez nous en 2016.
    Je crois que le monde change vraiment, en ce moment, de plus en plus de gens « font leur part », et les actions éco-responsables prennent de l’ampleur. C’est une bonne dynamique !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s